Ce site utilise des cookies pour faciliter la navigation. En continuant vous acceptez l'utilisation des cookies OK

Viale dei Canti

Date:

26/05/AM


Viale dei Canti

En présence de Madame l’Ambassadeur d’Italie auprès de l’Unesco, nous inaugurerons l’œuvre visuelle et sonore qui occupe l’une des façades de l’allée de l’Hôtel de Galliffet donnant sur la rue de Grenelle. Cette œuvre pérenne témoigne de la fusion des arts, au nom de l’excellence de la culture et de l’industrie italiennes.

Il s’agit d’un graffito reproduisant des vers de Giacomo Leopardi (Canto notturno di un pastore errante dell’Asia) entremêlés de quatre poèmes du XXe siècle tirés des œuvres d’Alfonso Gatto, Leonardo Sinisgalli, Lorenzo Calogero et Bartolo Cattafi. Le graffito est doublé du « sillon sonore » réalisé à partir du chantier et diffusé par des enceintes acoustiques invisibles. Née grâce au soutien de la Fondazione Spinola Banna per l’Arte, et de la collaboration entre Giuseppe Caccavale, l’artiste qui a représenté l’Italie à la dernière Biennale de Venise, et Stefano Gervasoni, l’un des compositeurs les plus talentueux de sa génération, cette œuvre se veut un hommage aux liens féconds unissant la France et l’Italie. Les éléments constitutifs de ce dispositif - les lettres, l’art, la musique, le travail, l’industrie - évoquent les nombreux ponts qui relient ces deux pays, notamment sur le plan culturel.

Giuseppe Caccavale et Stefano Gervasoni enseignent tous les deux à Paris depuis longtemps, le premier à l’École nationale supérieure des arts décoratifs, le second au Conservatoire national supérieur de musique et de danse. Partageant une même sensibilité esthétique, ils ont tous les deux bénéficié de la collaboration de professionnels de haut vol. Le graffito a été réalisé par un groupe d’anciens élèves de l’Ensad et son circuit acoustique par deux ingénieurs du son réputés, Alvise Vidolin de l’Université de Padoue et Marco Liuni de l’Ircam.

Les caractères typographiques gravés sur le mur reproduisent, à l’aide de la technique du spolvero, les caractères Didot et Tallone ®. Ces derniers ont été dessinés par Alberto Tallone, gravés à la main par Charles Malin et fondus par la maison Radiguet. Dotation exclusive de la maison d’édition Tallone, cette police de caractères a été fournie par Enrico Tallone, qui a ouvert pour la première fois les portes de l’atelier d’Alpignano, fondé par son père et dépositaire de la tradition typographique française. Les enceintes acoustiques ont été offertes par Andrea Martelli, le fondateur de l’entreprise d’excellence Garvan qui les produit à Faenza. Le revêtement mural est un des produits de la marque Oikos, qui l’a gracieusement mis à notre disposition.

 

Suivi à 20h du concert inaugural

Monica Bacelli mezzo-soprano, Giulio Biddau piano, Alvise Vidolin et Marco Liuni électronique en temps réel

Inspiré du Viale dei Canti, le compositeur Stefano Gervasoni a écrit une nouvelle partition, Fu verso o fu inverno, cycle vocal pour mezzo, piano et électronique en temps réel, d’après les poèmes de Lorenzo Calogero. Cette nouvelle création mondiale sera interprétée par Monica Bacelli, l’une des interprètes les plus sensibles et éclectiques, célèbre pour la variété de ses choix, de l’opéra baroque aux compositeurs contemporains, accompagnée au piano par Giulio Biddau, jeune pianiste prometteur, actuellement en résidence à la Cité internationale des arts. Alvise Vidolin et Marco Liuni réaliseront l’électronique en temps réel.

Le concert débutera par un hommage à Luigi Nono, dont sera exécutée La Fabbrica illuminata (1964) pour voix et bande magnétique.

Informations

Date: Jeu 26 Mai 2016

Horaire: À 18:00

Entrée : Libre


Lieu:

IIC

2205